Catégories
Idées Reçues

[Idée Reçue] Est-ce que le café déshydrate ?

On entend parfois dire que boire du café est déshydratant. Même si l’eau reste la meilleure façon de lutter efficacement contre la déshydratation, le café est-il vraiment un mauvais élève ?

Comme le rapporte Métro, en association avec l’Agence Science-Presse, cette rumeur viendrait d’une étude datant de 1928, c’est-à-dire vieille de 92 ans ! Aujourd’hui, de nouvelles recherches ont été effectuées et la science est formelle. Consommé avec modération, le café ne déshydrate pas. Les boissons contenant de la caféine restent une façon efficace de participer quotidiennement à l’hydratation des cellules. Attention cependant, pour de trop fortes quantités avalées, le café peut devenir diurétique, c’est-à-dire qu’il augmente la sécrétion d’urine par notre corps.

Vous êtes donc à l’abri d’une déshydratation en consommant votre tasse de café matinale !

> En savoir plus : https://journalmetro.com/art-de-vivre/sante/2406944/cafe-est-il-vrai-que-le-cafe-deshydrate/

Catégories
Idées Reçues Sommeil

Boire un café ne pose pas de problème pour s’endormir

Vous n’arrivez pas à dormir ? D’après une récente étude relayée par Biba, ce ne serait pas à cause du café que vous avez du mal à plonger dans les bras de Morphée. Si le sommeil ne fait pas bon ménage avec l’alcool ou encore la cigarette, le café est innocent si vous cherchez le coupable de vos insomnies. Vous pouvez alors finir votre dîner entre amis avec une tasse de café noir sans crainte.

> Plus d’informations sur l’article de Biba : https://www.bibamagazine.fr/insolite/fallait-le-savoir/boire-un-cafe-le-soir-n-empeche-pas-de-dormir-83683

Catégories
Goût Idées Reçues

Café et perception de l’amertume : y a-t-il un lien avec la consommation ?

L’appétence pour l’amertume du café est déterminée par toute une série de gènes et active des structures cérébrales différentes chez les consommateurs et les non-consommateurs. Les consommateurs de café s’avèrent très sensibles à son amertume.

 

À l’exception de l’eau, la plupart des boissons sont amères ou sucrées. Les perceptions de goût et les préférences sont transmissibles, génétiquement déterminées et interviennent dans le choix et la consommation des boissons. Diverses boissons amères ou sucrées ont été impliquées dans le développement de certaines maladies. Les auteurs de cette étude (1) ont réalisé une genome-wide associated study (GWAS) de la consommation de boissons amères (café, thé, jus de pamplemousse, vin rouge, liqueur et bière) et sucrées (boissons naturellement ou artificiellement sucrées et jus de fruits autres que le pamplemousse) et ce sur environ 370 000 citoyens britanniques d’ascendance européenne. Les auteurs ont identifié toute une série de gènes associés au goût amer (5 loci) et plus spécifiquement au café (dix loci dont six identifiés dans cette étude) qui influencent sa consommation. Les consommateurs de café développent un goût ou une capacité à détecter la caféine. Il reste à déterminer s’il existe un lien entre la sensibilité au goût amer et la consommation réelle de café, et dans quelle mesure ces données peuvent être étendues à d’autres nationalités.

 

Un second travail sur le même sujet (2) a tenté de définir la nature des régions cérébrales impliquées dans les sensations hédoniques liées à la consommation de caféine (amère), de saccharose (sucré) ou de saccharine (sucrée, puis arrière-goût amer) à l’aide d’une technique d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle sur 14 consommateurs et 14 non-consommateurs de caféine. Chez les non-consommateurs de caféine, l’exposition à la caféine ou au saccharose a principalement activé les régions cérébrales impliquées dans la mémoire et la récompense. Pour la saccharine, les consommateurs de caféine activaient surtout les régions impliquées dans la récompense, la mémoire et les processus d’information. Des études complémentaires seront nécessaires pour comprendre le lien entre les différences de perception de goût chez les consommateurs et non-consommateurs de café/caféine.

 

Pour en savoir plus :

 

  1. Zhong VW, Kuang A, Danning RD et al. A genome-wide association study of bitter and sweet beverage consumption. Hum Mol Genet. 2019 ; [Epub ahead of print].
  2. Gramling L, Kapoulea E, Murphy C. Taste perception and caffeine consumption: an fmri study. Nutrients 2018 ; 11.
Catégories
Idées Reçues Système digestif

Peut-on boire du café après une chirurgie gastro-intestinale ?

La consommation de café après une chirurgie abdominale améliore l’ensemble des fonctions gastro-intestinales et active la récupération.

On considère en général que le café prévient l’iléus postopératoire qui est une complication fréquente de la chirurgie gastro-intestinale. Pour clarifier ce point, les auteurs ont entrepris une revue systématique et une méta-analyse pour déterminer l’efficacité du café sur la stimulation de la fonction gastro-intestinale après une chirurgie abdominale. Les chercheurs ont inclus six essais sur un total de 601 participants. La consommation de café en période post-opératoire réduit le délai jusqu’à la première défécation (différence moyenne [DM] = -9,98 heures ; IC 95 % = -16,97 à -2,99), la première flatuosité (DM = -7,14 heures ; IC 95 % = -10,96 à -3.33), le premier son intestinal (DM = -4,17 heures ; IC 95 % = -7,88 à -0,47), la durée jusqu’à la tolérance d’aliments solides (DM = -15,55 heures ; IC 95 % = -22,83 à -8,27), et la durée d’hospitalisation (DM = -0,74 jours ; IC 95 % = -1,14 à -0,33). Les bénéfices vont croissant avec la complexité de la procédure chirurgicale. Aucune des études n’a fait part d’effets adverses lies à la consommation de café. Il apparaît donc que la consommation post-chirurgicale de café est efficace et sans danger et permet d’activer la récupération de la fonction gastro-intestinale après une chirurgie abdominale.

 

Pour en savoir plus :

Eamudomkarn N, Kietpeerakool C, Kaewrudee S et al. Effect of postoperative coffee consumption on gastrointestinal function after abdominal surgery: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Sci Rep 2018 Nov 26 ; 8 : 17 349.

 

Catégories
Idées Reçues Insolite Santé générale

Combien de cafés par jour maximum ?

L’agence européenne de la santé, l’EFSA, recommande de ne pas dépasser 400 mg de caféine par jour chez l’adulte en bonne santé. Mais savez-vous à combien de tasses de votre café préféré cela correspond ?

Il existe un site internet qui vous permet de calculer, en fonction de votre poids, la dose recommandée pour ne garder que les effets positifs du café : https://www.caffeineinformer.com/death-by-caffeine

Catégories
Idées Reçues

[Mythe] Non, le café ne déshydrate pas

C’est l’agence Science presse qui revient sur cette idée que le café serait à l’origine d’une déshydratation. C’est faux, si le café est consommé avec modération. D’ailleurs, il est important de rappeler également qu’il est recommander chez les personnes âgées qui perdent la sensation de soif et qui peuvent, via le café, se réhydrater.

> Lire la suite : https://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/detecteur-rumeurs/2019/03/05/cafe-deshydrate-faux

Catégories
Idées Reçues Système digestif

[Question existentielle] Le café accélère-t-il le transit?

Vous l’avez peut-être remarqué, le fait de boire du café peut accélérer votre transit. Le très sérieux Magazine de la santé répond à cette question :

Catégories
Idées Reçues Vidéos

[Vidéo] Consommation de café : le vrai du faux

Dans sa chronique santé, l’émission Télé Matin a demandé au Dr Frédéric Saldmann de démêler le vrai du faux sur le café : érection, maladie d’Alzheimer, digestion, sommeil, etc.

Regarder la chronique :

 

Catégories
Idées Reçues Insolite

Du café dans le rectum ? Mauvaise idée !

L’actrice Gwyneth Paltrow est connue pour donner de nombreux conseils de santé, souvent assez loufoques. Malheureusement, le dernier s’avère dangereux ! En effet, elle a recommandé d’utiliser le café par voie rectale pour détoxifier les intestins…. Les experts réagissent et déconseillent formellement cette pratique !

Les bienfaits du café sur la santé dont nous vous parlons régulièrement sont liés à sa consommation, uniquement.

 

> Lire l’article : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1077446/gardez-le-cafe-hors-de-votre-rectum-disent-des-experts-a-gwyneth-paltrow

Catégories
Idées Reçues Société

La consommation de tabac en lien avec celle du café ?

Chez les fumeurs, la consommation de café est habituellement plus élevée que chez les non-fumeurs, en lien avec l’accélération du métabolisme de la caféine par le tabac. Ici les auteurs ont recherché le lien entre des marqueurs génétiques du tabagisme et de la consommation de café sur plusieurs bases de données de grande taille.

La consommation de tabac a depuis toujours été associée à une consommation plus élevée de café, reflétant l’accélération du métabolisme de la caféine par le tabac. Ici les auteurs ont réalisé une analyse mendélienne randomisée à partir de 3 biobanques (Royaume-Uni, Norvège, Suède), totalisant près de 250 000 sujets. Les analyses ont été centrées sur le variant génétique rs16969968 pour le degré de tabagisme et les variants rs4410790 et rs2472297 pour la consommation de café.
Les auteurs ont montré que chaque cigarette quotidienne additionnelle consommée par les fumeurs était associée à une consommation de café plus élevée (0,10 tasse/jour, intervalle de confiance 95 % [IC] : 0,03-0,17). Chez les fumeurs, chaque copie additionnelle de l’allèle (qui augmente la consommation quotidienne de cigarettes) était associée à l’augmentation de la consommation de café (0,16 tasse/jour, IC 95 % : 0,11-0,20). Par contre, les auteurs n’ont observé aucune association de rs16969968 et de la consommation de café chez les non-fumeurs ou les fumeurs qui avaient arrêté ni d’association entre les variants reliés à la consommation de café et le degré de tabagisme. Les résultats observés sont similaires dans les 3 bases de données.
L’intensité du tabagisme augmente donc la consommation de café de manière causale, mais il n’y a pas de relation claire entre le degré de consommation de café et l’intensité du tabagisme.

Référence
Bjørngaard JH et al. Heavier smoking increases coffee consumption: findings from a Mendelian randomization analysis. Int J Epidemiol 2017 ; 46 : 1958-67.