Catégories
Cellules et ADN

La caféine pour traiter une maladie orpheline ?

En buvant deux tasses de café par jour, les symptômes d’un enfant de 11 ans atteint de mouvements incontrôlés liés à une maladie orpheline ont presque disparu. Des médecins français ont rapporté ce cas dans la revue Annals of internal medicine en juin dernier. Et ce sont les parents qui ont démontré l’efficacité du traitement par inadvertance : après quelques semaines, le café ne faisait plus effet, les mouvements avaient repris. Ils se rendent alors compte qu’ils ont acheté du café décaféiné. Par leur erreur, ils démontrent l’efficacité de la caféine pour diminuer les symptômes de la maladie de leur enfant qui a pu retrouver une vie normale (rentrer à pied de l’école, écrire sans difficulté, etc.).

• L’étude : https://annals.org/aim/article-abstract/2735723/caffeine-dyskinesia-related-mutations-adcy5-gene

Catégories
Idées Reçues Système digestif

Peut-on boire du café après une chirurgie gastro-intestinale ?

La consommation de café après une chirurgie abdominale améliore l’ensemble des fonctions gastro-intestinales et active la récupération.

On considère en général que le café prévient l’iléus postopératoire qui est une complication fréquente de la chirurgie gastro-intestinale. Pour clarifier ce point, les auteurs ont entrepris une revue systématique et une méta-analyse pour déterminer l’efficacité du café sur la stimulation de la fonction gastro-intestinale après une chirurgie abdominale. Les chercheurs ont inclus six essais sur un total de 601 participants. La consommation de café en période post-opératoire réduit le délai jusqu’à la première défécation (différence moyenne [DM] = -9,98 heures ; IC 95 % = -16,97 à -2,99), la première flatuosité (DM = -7,14 heures ; IC 95 % = -10,96 à -3.33), le premier son intestinal (DM = -4,17 heures ; IC 95 % = -7,88 à -0,47), la durée jusqu’à la tolérance d’aliments solides (DM = -15,55 heures ; IC 95 % = -22,83 à -8,27), et la durée d’hospitalisation (DM = -0,74 jours ; IC 95 % = -1,14 à -0,33). Les bénéfices vont croissant avec la complexité de la procédure chirurgicale. Aucune des études n’a fait part d’effets adverses lies à la consommation de café. Il apparaît donc que la consommation post-chirurgicale de café est efficace et sans danger et permet d’activer la récupération de la fonction gastro-intestinale après une chirurgie abdominale.

 

Pour en savoir plus :

Eamudomkarn N, Kietpeerakool C, Kaewrudee S et al. Effect of postoperative coffee consumption on gastrointestinal function after abdominal surgery: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Sci Rep 2018 Nov 26 ; 8 : 17 349.

 

Catégories
Santé générale Vidéos

[Vidéo] Boire du café, c’est bon pour la longévité !

Le site Medisite nous explique les résultats de deux études qui montrent l’intérêt du café sur la longévité :

> Lire la suite : https://www.medisite.fr/videos-actus-sante-boire-du-cafe-bon-pour-la-longevite.5508191.12234.html

Catégories
Foie et rein

Consommation de café et maladies hépatiques

Les études récentes confirment le rôle protecteur du café dans les maladies hépatiques, réduction marquée du risque de cancer du foie et diminution de l’occurrence de la « maladie du foie gras ».

 

La première étude (1) s’est penchée sur le lien entre la consommation de café et le risque de cancer du foie. Dans une étude de cohorte prospective, les auteurs ont inclus 30 824 participants à la Takayama study (14 240 hommes et 16 584 femmes) âgés d’au moins 35 ans. À l’aide de questionnaires les auteurs ont évalué les consommations de café, thé et de caféine. Sur une durée de suivi de 16 ans, 172 participants ont développé un cancer du foie. Les hazard ratios ajustés et les intervalles de confiance 95 % (ICs) liés à la consommation de café étaient de 0,65 (IC 95 % = 0,46-0,93) pour moins d’une tasse/jour, 0,63 (IC 95 % = 0,39-1,02) pour une tasse/jour, et 0,40 (IC 95 % = 0,20-0,79) pour au moins deux tasses/jour par rapport aux non-consommateurs. Aucune association n’a été observée avec le thé vert, le thé noir ou la caféine. Cette étude confirme que la consommation de café réduit significativement le risque de cancer du foie et suggère que la caféine ne serait pas responsable de cette association.

 

La NASH (stéatose hépatite non-alcoolique) ou maladie du foie gras est la maladie hépatique la plus répandue dans le monde ce qui a incité les auteurs de cette étude à réaliser une méta-analyse des articles parus sur les effets du café sur cette pathologie (2). Les auteurs ont inclus sept articles pour un total de 49 616 individus sains et 4 825 cas de NASH. La consommation de une à deux tasses ou de plus de deux tasses de café par jour comparée à moins d’une tasse/jour n’a pas d’impact sur l’occurrence de la NASH. Si on compare la consommation la plus élevée à la plus faible, le risque relatif est de 0,94 (IC 95 % = 0,92 – 0,97). La méta-analyse dose-réponse montre une relation non-linéaire entre la consommation de café et l’occurrence de la NASH. La consommation de plus de trois tasses/jour réduit davantage le risque de NASH que la consommation de moins de deux tasses de café/jour.

 

Ces deux études confirment les effets positifs déjà connus de la consommation de café dans les maladies hépatiques.

 

Pour en savoir plus :

 

  1. Tamura T, Wada K, Konishi K et al. Coffee, Green Tea, and Caffeine Intake and Liver Cancer Risk: A Prospective Cohort Study. Nutr Cancer 2018 Nov 20 : 1-7. [Epub ahead of print]
  2. Chen YP, Lu FB, Hu YB et al. A systematic review and a dose-response meta-analysis of coffee dose and nonalcoholic fatty liver disease. Clin Nutr 2018 Dec 4. [Epub ahead of print]