Inscrivez à la newsletter

 

Les effets protecteurs du café dans le Parkinson : des variations génétiques

On considère qu’une interaction complexe entre les facteurs génétiques et environnementaux est impliquée dans l’étiologie de la maladie de Parkinson (MP). Une étude récente “genome-wide association and interaction study (GWAIS)” a identifié GRIN2A qui code pour la sous-unité du récepteur NMDA du glutamate impliquée dans la neurotransmission excitatrice cérébrale, comme intervenant au niveau génétique dans l’association inverse entre l’ingestion de caféine et le développement de la MP.
Dans l’objectif de reproduire ces données, des chercheurs suédois ont étudié le polymorphisme identifié, GRIN2A_rs4998386, et son interaction avec l’ingestion de caféine et la MP dans une étude patients-contrôles sur une population ethniquement homogène dans le sud-est de la Suède. Ce type d’études représente le standard de référence des “genome-wide association studies”. Tous les sujets (193 patients MP sporadiques et 377 contrôles) ont été génotypés et leur consommation de caféine obtenue à l’aide d’un questionnaire. Les variants du polymorphisme ont la forme CC, TC, ou TT, cette dernière forme étant relativement rare.
De manière intéressante, les effets dose-dépendants de la caféine n’ont été observés que dans le génotype CC, mais pas dans le génotype TC. Ainsi, on peut considérer que le génotype TC est déjà protégé avec une réduction de risque de 47 % quelle que soit la dose de caféine. Chez ces individus, augmenter la dose de caféine n’offre aucun bénéfice supplémentaire. En revanche, les porteurs du génotype CC peuvent bénéficier d’une réduction accrue du risque de MP de 58 % pour 200 – ≤ 400 mg/j, de 80 % pour 400 – ≤ 600 mg/j, et de 79 % pour > 600 mg/j de caféine.
Ces données apportent des données complémentaires sur les effets protecteurs de la consommation de café et de caféine dans la MP et son interaction avec le génotype du récepteur NMDA du glutamate.

Pour en savoir plus
Yamada-Fowler N, et al. Caffeine interaction with glutamate receptor gene GRIN2A: Parkinson’s disease in Swedish population. PLoS One 2014 ; 9 : e99294.

Share Post
No comments

Sorry, the comment form is closed at this time.